Les anges de la nuit

Payments possible in USD and GBP

Acrylique sur toile tendue châssis bois : 800€

Taille : 50/60.5/2 cm

Sont ces personnes qui écoutent vos élucubrations de fin de nuit dans les bars et les lounge des hôtels de luxe. Ils sont là, présents et discrets, presque invisibles mais prêts à vous servir à tout moment.  

Dans la grande solitude d’une nuit au bar, vous attendez. Vous attendez quelque chose ou quelqu’un avec qui vous pourriez partager vos moments de vie.

L’atmosphère est douce et vous oscillez entre le jour et la nuit, entre l’état de veille et le sommeil.

Plus que jamais ce tableau s’éloigne de la réalité, les visages sont à peine humains, les verres et lampes qui se reflètent dans le miroir sont à peine soulignés, encore une fois il s’agit d’une atmosphère que je veux partager, une douceur romantique mais nostalgique.


Il est daté, signé et délivré avec un certificat d’authenticité et une facture.
Les bords du tableau sont peints en rouge: pas besoin d’encadrement.

Acrylic on stretched canvas wooden frame 800€

Size: 50/60.5/2 cm

Angels of the night

They are these people serving in hotel bars and café. They are nearby is case you need anything, discreet but present. They listen to you stoically if you need a shoulder to cry on.  

A night of solitude in a bar of a nice hotel, you are waiting for something, or someone with whom you may share a part of your life.   

The atmosphere is cosy and you don’t know if it’s still day or night, between a state of wakefulness or unconsciousness.

More than ever this painting is moving from figurative and reproduction of the reality. It’s like a dream, something blurred, more expressionist than realistic.

The faces are almost not human, the glasses and lamps reflected in the mirror are just a line.

Still, I want to share an atmosphere, a romantic but nostalgic softness.

Acrylic on stretched canvas on wooden frame, protected by an bright acrylic varnish, to enhance the colours.

The sides of the painting are painted red: no need to frame.



.